Comment choisir votre mot de l’année (avec SP)

Ah, je vous entends d’ici, vous qui détestez les célébrations du Nouvel An, ce jalon insignifiant. Ça coute trop cher, c’est tapageur, bling-bling, trop alcoolisé, surévalué. Je ne m’obstinerai pas avec vous, mais il se trouve que j’adore ces fêtes (voir les preuves ici et). Et ce n’est pas uniquement parce que je suis moi-même tapageuse, bling-bling et trop alcoolisée.

Comment choisir votre mot de l’année si vous avez la sclérose en plaques (SP)

J’aime le Nouvel An parce qu’il y a quelque chose de magique dans l’énergie qui se dégage d’une pièce remplie de gens prêts à croire que la vie pourrait changer pour le mieux sur le coup de minuit. Même s’ils n’y croient que pendant les 10 secondes du décompte. Même si c’est parce qu’ils ont bu du champagne et qu’ils comptent à l’unisson.

Prêts à célébrer

Quand vous avez une maladie chronique comme la sclérose en plaques, c’est difficile de penser à l’avenir sans appréhensions. À quel point faut-il être soul pour croire que le meilleur est à venir quand vous avez une maladie qui, par définition, est censée empirer?

Aussi soule que ça

Bien que j’aie des sentiments ambivalents sur les mérites de l’espoir, je glisse dans la nouvelle décennie en pensant qu’il est peut-être temps de mettre mon réalisme sur pause. Je me demande comment injecter un peu de la folle ambiance de la fête dans ma nouvelle année, sans avoir à me souler tout le temps.

Passons au mot de l’année

La bonne nouvelle, c’est que les résolutions ont été annulées. On est en 2020 et la nouvelle tendance est de choisir un mot pour l’année. Un mot. Un mantra sur mesure pour vous aider à préciser vos intentions.

Par exemple, si je voulais faire plus d’exercice en 2020, plutôt que de prendre la résolution d’aller au gym cinq fois par semaine, je pourrais choisir le mot «bouger». Si je voulais réussir au travail ou me débarrasser enfin de mes démons, je pourrais choisir «vaincre». Un mot de l’année, c’est plus cool qu’une résolution tyrannique. Votre mot n’a pas besoin de tourner autour de l’ascension de montagnes ou d’échelons hiérarchiques non plus. Ça n’a même pas besoin d’être un verbe. Ça peut être «paix» ou «éclat». Ou «shampoing sec». Vous pouvez même choisir deux mots. C’est gratuit.

Comment choisir votre mot de l’année

Pensez à ce que vous voulez pour les prochains mois. C’est facile de dire «Fuck you, 2019, crève!», mais qu’est-ce que vous ne voulez pas garder de cette année-là? Un des plus grands défis pour quelqu’un qui est atteint de sclérose en plaques est d’apprendre à vivre avec la maladie. Choisir un mot comme «respirer» ne guérira pas votre SP, mais peut vous aider à gérer votre anxiété et à chasser vos dérangeantes pensées négatives.

Votre mot de l’année doit trouver un écho en vous. Il doit vous faire vibrer et vous valoriser. Il n’y a pas de mauvais mot. D’accord, «banc» n’est pas très excitant, mais je ne sais pas, vous êtes peut-être un dauphin qui souhaitez passer plus de temps avec vos potes. #famille Pensez à vos objectifs pour l’année. Y a-t-il une personne, un lieu ou une chose qui vous inspire? Quel mot le ou la décrirait? Faites un remue-méninge en listant les mots que vous associez à ce que vous voulez être ou à ce que vous voulez faire dans l’année.

O.K. J’ai mon mot de l’année. Maintenant, je fais quoi?

Placez votre mot dans un endroit où vous pourrez le voir. Bon, vous pouvez vivre quelques jours avec votre mot avant de vous le faire tatouer sur le front. Quand vous aurez la certitude que c’est le bon mot, engagez-vous dans ce qu’il évoque. Puis, faites-le vivre: mettez-le sur votre vision board, partagez-le dans vos réseaux, allez sur Etsy et faites-le inscrire sur une tasse. L’idée est de vous rappelez votre mot toute l’année.

Plus importants que le mot lui-même, c’est la réflexion que vous ferez pour le choisir et le temps que vous y consacrerez. Que l’on atteigne nos buts ou non, les nouveaux départs, et les traditions du Nouvel An, nous permettent de réfléchir à la vie que voulons avoir. C’est l’occasion de préciser la vision de ce que nous voulons être.

Et moi, quel est mon mot?

Ce serait tentant de choisir «shopping» ou «cocktail», mais je n’ai pas besoin d’aide pour me rappeler ces priorités. Mon mot de 2020 est «quand même» (deux mots pour le prix d’un).

quand même

Comme dans «J’ai la SP, mais je vais le faire quand même».

Le faire quand même ne veut pas dire que la sclérose en plaques ne m’empêchera pas de faire tout ce que je veux. Ou que je ne ressentirai pas la frustration, la colère et la peur qui font partie de la vie avec cette maladie.

Le faire quand même veut dire que je ne laisserai pas mes limitations déterminer mon année. Le faire quand même peut vouloir dire le faire différemment, et oui parfois, différemment signifie moins bien, mais moins bien vaut mieux que pas du tout.

Le faire quand même, ça veut dire que je fais de la place aux possibilités, y compris la possibilité qu’il me reste encore de beaux jours — la possibilité de belles surprises. J’ai la SP, mais j’ai décidé — quand même — d’attendre de grandes choses de 2020.

Bonne année, Trippeuses, Trippeurs!

Quel est votre mot de l’année?

Suivez Tripping On Air sur Facebook et Instagram.