Nouvelle année, nouveau moi?

C’est le premier jour d’une année flambant neuve. Le jour où toutes les erreurs de l’année précédente sont derrière nous et où tout semble possible. À l’heure qu’il est, les partys sont finis, mais les souvenirs en sont bien conservés sur Instagram. Mon foie et ma carte de crédit se tiennent par la main en murmurant «Dieu merci. Le danger est passé». Le plaisir aussi. On regarde ce salaud de janvier cruel et glacé et on se demande pourquoi une nouvelle année mérite d’être célébrée alors que le party is over.

Nouvelle année, nouveau moi?

Une nouvelle année n’a pas besoin de notre aide pour commencer. Mais on peut en profiter pour se remonter le moral en remettant les compteurs à zéro, en oubliant les blessures et les injustices de 2015 pendant tout le mois où on va se tromper d’année sur nos chèques. C’est votre fête. Vous n’avez pas besoin de changer. C’est la beauté d’une nouvelle année,

vous en faites ce que vous voulez.

Certaines personnes entrent dans la nouvelle année en se réveillant encore maquillées de la veille, avec une seule chaussure. Pendant qu’elles essuient le mascara de leurs yeux, elles prennent des RÉSOLUTIONS. Parce qu’une nouvelle année signifie un nouveau moi. Un moi qui va se mettre en forme, qui va trouver l’amour, prendre des cours d’improvisation, arrêter de boire le jour, commencer à boire le jour, qui n’écrira plus LOL, qui fera finalement cette liste d’ennemis et sera gentil avec le chat. À chacun ses souhaits.

L’idée, c’est que tout est possible.

Plusieurs commencent l’année avec des plans ambitieux qui s’écrasent en février. Alors, pourquoi se donner la peine de prendre des résolutions? Est-ce qu’on va les tenir? Peut-être. En nommant nos espoirs et nos rêves à voix haute, on franchit le premier pas pour les réaliser. Une nouvelle année, c’est l’occasion de réfléchir à ce qui est positif dans notre vie et à ce qu’on doit améliorer. Même si on ne tient pas nos résolutions, le fait d’en prendre signifie qu’on a fait le point, qu’on s’est demandé ce qu’on aimait et ce qu’on n’aimait pas. On se connaît soi-même un peu mieux et on a cerné ce qui marche et qui ce qui doit changer.

Quand on a une maladie progressive comme la sclérose en plaques (SP), ça peut être difficile de mesurer le temps. «Progressive» veut dire qu’on progresse. Chaque année est marquée par des diagnostics, des tests, des diètes et des capacités diminuées. Contempler le temps peut s’avérer effrayant. Prendre la résolution de régénérer la myéline est beaucoup plus futile que de prendre la résolution de perdre 5 livres.

Il y a certaines choses qui échappent simplement à notre contrôle.

Alors, cette année, je me donne des objectifs simples. Malgré la maladie et dans ma poursuite éternelle de la meilleure vie possible, je vais réfléchir à ce que j’aime faire et trouver comment le faire plus souvent. Je vais penser aux gens qui me font du bien et qui me font rire, et je vais m’engager à passer plus de temps avec eux. Je vais porter attention à ce qui ne me fait pas de bien, et faire de mon mieux pour éviter ces choses-là. Avec de l’espoir et des confettis encore en suspens dans l’air, je vais dire fuck you à la peur parce que ressasser le scénario du pire, c’est gaspiller mon imagination.

On est en 2016.

Adoptons un optimisme implacable.

Bonne année, Trippeuses et Trippeurs.

Suivez Tripping On Air sur Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.