10 trucs pour bien se nourrir quand on a la SP

A tomato and burrata salad is an example of how to turn salad into a delicious and healthy dinner.

Il y a beaucoup de confusion sur le rôle de l’alimentation dans la sclérose en plaques (SP). Pour le moment, il n’existe pas de diète officiellement recommandée, bien qu’un paquet de régimes essaient de vous faire croire au miracle. Cependant, plusieurs recherches encourageantes sont en cours sur l’impact de la nutrition, de la santé intestinale, de la cétose et du jeûne sur l’évolution de la SP.

10 trucs pour vous bricoler un régime adapté à votre sclérose en plaques

* Ce billet est commandité par Aby, l’appli pour les personnes vivant avec la sclérose en plaques. Les opinions sont les miennes.

En attendant les résultats révisés par les pairs de toutes les recherches en cours, on sait déjà que la diète joue un rôle dans la gestion des symptômes. Un rôle particulièrement important pour les dysfonctionnements de la vessie et de l’intestin, et de la fatigue. On sait également que l’obésité est un facteur de risque d’aggravation dans la progression de la maladie et un facteur de comorbidité.

Et puis non, le kale ne guérit pas la SP, pas plus que les sodas diète ne la provoquent.

Grâce à l’ananas congelé, mon cerveau ne s’aperçoit pas que je suis en train d’engloutir deux tasses d’épinards.

Ce n’est pas parce que tout le monde le dit que c’est vrai

Avant de modifier son mode de vie dans le but de gérer sa SP, il faut être conscient des effets insidieux du ciblage toxique et de la culture du wellness. Quand on entend si souvent dire qu’à elle seule notre alimentation peut nous permettre de contrôler notre maladie (c’est faux), on peut avoir un gros sentiment d’échec si nos symptômes continuent de s’aggraver. Pire, on peut croire que l’augmentation de nos incapacités est de notre faute, que l’on mange sainement ou non. Méfiez-vous de la police de l’alimentation.

Vos proches, d’autres personnes atteintes de SP, des professionnels de la santé — et même des étrangers — peuvent mettre beaucoup de pression pour que vous changiez votre alimentation. Ils veulent croire qu’à elle seule, l’alimentation est garante d’une bonne santé. Avec leurs propos, ils génèrent plutôt de la frustration et entrainent l’autoflagellation, rien de bon pour la santé. Avant de modifier radicalement votre alimentation, parlez-en à votre médecin.

Et puis, j’ai déjà mangé un criquet. Pouvez-vous vraiment me faire confiance?

Dis-moi ce tu manges

On me demande régulièrement ce que je mange, et même comment j’arrive à garder ma ligne (légère anxiété et intestin neurogène pour être honnête). On sait que les stéroïdes et le manque d’exercice peuvent contribuer à la prise de poids des personnes atteintes de SP.

Alors voilà: au fil des ans, j’ai expérimenté le simili jeune (FMD), le régime Whole30 et autres, dans le but d’influencer le cours de ma maladie. En gros, j’évite les produits laitiers et le sucre, le gluten et les légumineuses (je suis allergique), de même que les aliments transformés. Malgré mes efforts, j’ai toujours la sclérose en plaques. Beaucoup même. Mais lorsque je mange ce que je sais être bon pour moi, que j’écoute mon corps, que je bois suffisamment d’eau et que je dors suffisamment, je fonctionne mieux. L’alimentation ne guérira pas votre SP, mais elle peut certainement améliorer la façon dont vous vous sentez.

Manger suffisamment de fruits et de légumes et boire suffisamment d’eau est essentiel pour maintenir les intestins et la vessie en bonne santé. Ces habitudes peuvent aussi contribuer à réduire la fatigue liée à la sclérose en plaques.

10 astuces pour ajouter des aliments sains et de l’eau à votre alimentation si vous avez la SP

Devenez partenaire d’une ferme

En Amérique du Nord, il est possible d’investir dans une ferme bio membre du réseau ASC (Agriculture soutenue par la communauté ou CSA en anglais). Un mouvement semblable existe probablement aussi en Europe. Le principe est simple: vous donnez l’argent à votre fermier avant la saison des récoltes, puis, pendant les récoltes, vous recevez chaque semaine un panier contenant les produits de la ferme. Il est plus facile d’obtenir vos 5 à 10 fruits et légumes par jour lorsque le frigo est rempli de produits frais, dont certains que vous voyez pour la première fois.

Les aliments bios peuvent être chers, mais ils sont beaucoup plus abordables si vous devenez partenaire d’une ferme. Vos légumes vous arrivent sans emballage, avec un peu de terre et un parfum de soleil.

Rapprochez-vous de votre mixeur

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que je suis une inconditionnelle du petit-déjeuner au mixeur. Je commence presque toutes mes journées par un délicieux smoothie, ce qui me procure une tonne de nutriments et beaucoup d’hydratation. Je sais alors que peu importe ce que je mangerai au cours de la journée, j’aurai déjà avalé plusieurs portions de fruits et légumes. Les légumes de mon panier bio que je n’ai pas utilisés dans mes potages ou sur la plaque se retrouvent dans le mixeur. J’ai appris qu’on peut mettre des légumes comme des courgettes ou des choux-fleurs congelés dans un smoothie sans en changer le gout. On peut aussi y ajouter des graines de lin pour leur teneur en fibres et en oméga 3. Pour émulsifier le tout, l’avocat est fantastique.

J’aurais pu consacrer ce billet en entier à mon amour des smoothies. Quel que soit le régime que vous suivez (végétalien, OMS [Overcoming Multiple Sclerosis], Wahls, sans gluten, paléo, Whole30), les smoothies peuvent s’y adapter.

Ça goute la tarte aux pommes

Mon smoothie d’automne préféré

1 petite pomme

½ tasse de framboises surgelées

1/4 tasse de canneberges surgelées (excellent pour la prévention des infections urinaires)

2 c. à soupe de flocons d’avoine (peuvent être remplacées par 1 c. à soupe de beurre d’amande, de noix de cajou ou de graines de citrouille pour un smoothie sans céréale)

2 c. à soupe de raisins secs ou de dattes

1 tasse de produit laitier de substitution (lait de chanvre, lait d’amande, soja, etc.)

Une pincée de cannelle

Intégrez les potages à votre routine hebdomadaire

Les potages sont un autre excellent moyen d’avaler quelques portions de légumes tout en absorbant des liquides. Mais la cuisine demande de l’énergie, et je n’en ai pas toujours. Alors, une fois par semaine, je prépare une grande marmite de potage, généralement à partir de ce qu’il y a dans mon panier bio. La fatigue décisionnelle existe réellement, mais si j’ai une provision de potage dans le frigo, je n’ai pas besoin de me casser la tête pour savoir quoi manger à midi. Et, tout comme pour les smoothies, il est facile de préparer un potage qui se conforme aux règles de n’importe quel régime.

Pensez à une salade comme repas du soir

Une salade surmontée de protéines est l’un de mes repas préférés, et c’est facile à faire. J’aime manger au gré des saisons: j’ajoute des fraises à mes salades en juin et des pêches en aout. Lorsque je me sens paresseuse (ce qui arrive souvent), j’ajoute simplement un filet d’huile d’olive de bonne qualité. Autrement, je fais une vinaigrette facile avec la moutarde de luxe que j’ai rapportée de Paris l’année dernière.

La vinaigrette parfaite: 3 parts d’huile d’olive pour 1 part de vinaigre de vin blanc, de l’échalote hachée et une pointe de moutarde de Dijon.

Parfumez votre eau

Pour plusieurs, boire suffisamment d’eau est un véritable pensum, pourtant, l’eau n’a pas besoin d’être ennuyeuse, même si elle est plate. Chaque matin, je remplis une carafe d’eau dans laquelle je jette une poignée de jolies choses (concombre, fraises, citron — faites preuve d’imagination), et je m’assure qu’elle est vide à la fin de la journée. Je garde la carafe à vue sur mon bureau pour me rappeler de boire. Et quand elle est vide, j’ai l’impression d’avoir accompli quelque chose.

Cuisinez à la plaque

Si la SP limite votre énergie, vous ne voulez pas consacrer ce qui vous reste après le diner au nettoyage de la cuisine. Les repas à la plaque sont mes champions de la planification de menus. Encore une fois, je m’inspire du contenu de mon panier bio auquel j’ajoute les protéines dont j’ai envie (poulet, poisson, porc, peu importe). Il suffit de tout mettre sur une plaque de cuisson, d’arroser d’un peu d’huile d’olive et de faire cuire à 400°F de 20 à 40 minutes, selon le type de protéine que vous avez choisi.

Soyez sage avec les collations

Si vous suivez ce blogue, vous savez à quel point j’aime les chips Miss Vickie’s. Techniquement, une pomme de terre est un légume. Mais si après avoir vidé tout un sac, vous avez encore faim, même si vous vous sentez ballonné, c’est parce que les chips ne fournissent que des calories vides. Pour un encas plus satisfaisant, essayez les fruits. Un bol de cerises fraiches, des morceaux de pastèque ou encore des fruits secs (abricots, dattes et figues) vont mieux vous nourrir et vous rassasier, et feront le bonheur de vos intestins.

Lorsque j’ai envie de quelque chose de salé, je me fais du popcorn sur la cuisinière (je ne fais pas confiance au popcorn au micro-ondes [article en anglais]). Au lieu de le couvrir de beurre, je le mélange avec du sel d’ail et de la levure alimentaire (ça sonne dégueu, mais ça goûte un peu le fromage), et c’est tellement satisfaisant.

Écoutez votre corps

Nous sommes nombreux à avoir été élevés à vider nos assiettes. Cela a rendu nos cerveaux paresseux: ils n’ont pas besoin de décider si nous sommes rassasiés, le repas est terminé quand l’assiette est vide. Essayez d’être attentif aux signaux de votre corps. Mangez lentement, mastiquez les aliments. Et dites-vous que finir votre assiette pour réduire le gaspillage pourrait en fait contribuer à gaspiller votre santé.

Téléchargez l’appli Aby

Gérer sa SP, c’est bien plus que prendre des médicaments et passer des IRM. Mon alimentation fait partie de la façon dont je m’occupe de ma maladie, ça s’ajoute aux nombreuses autres stratégies que j’utilise pour tenir la bête à distance. L’application Aby a de nombreuses fonctionnalités, notamment des informations nutritionnelles et des idées de recettes santé. De plus, vous pouvez suivre vos symptômes et faire votre propre analyse de l’impact des changements d’alimentation sur votre SP. Vous pouvez même produire des rapports que vous pourrez partager avec votre médecin. Téléchargez l’application ici pour accéder à ce guichet unique pour la gestion de votre SP.

Ne boudez pas votre plaisir

La SP peut être une voleuse de joie, et la nourriture ne sert pas seulement à nous maintenir en vie, elle est sociale et parfois festive; elle nourrit le corps et l’esprit. Je vous ai livré toutes mes saines habitudes, mais, en réalité, j’essaie de trouver l’équilibre qui me convient. Cet équilibre comprend du chocolat, un cocktail de temps en temps et — si je suis vraiment honnête — des chips parfois.

Mon repas préféré à vie

J’ai appris que je peux influencer ma SP, mais je ne peux pas la contrôler. Cela ne veut pas dire que je n’essaie pas assez fort ou que j’ai échoué. La sclérose en plaques est une maladie compliquée pour laquelle il n’existe pas de solution simple. En me nourrissant comme je le fais, j’ai l’impression d’agir pour le bien de mon corps, pour le bien de ma SP, chaque fois que je mange. Chaque jour, je m’engage à honorer cette chance qui m’est donnée.

Suivez Tripping On Air sur Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

SUIVRE SUR INSTAGRAM (EN ANGLAIS)